Ravel

Jemelle : des barrières pillées le long du ravel

publié le:21/04/2017 18:34:00 - mis à jour: 21/04/2017 18:49:20

Les grillages qui empêchaient l'accès aux voies de chemin de fer depuis le RAVel à Jemelle ont été pillés. Conséquence: le tronçon est interdit aux piétons et cyclistes.

Pieds de barrières sciés, socles en béton cassés, trous dans le sol, voilà les derniers témoins des anciens grillages de protection du ravel le long de la gare de Jemelle. Il ne reste aujourd'hui plus rien des 300 mètres de barrières qui empêchaient l'accès aux voies de chemin de fer. Par mesure de sécurité, il a donc été décidé d'interdire tout passage sur cette partie du ravel. Même si les risques restent limités d'après l'échevin des travaux, Jean-Pol Lejeune:

"Les deux premières lignes ne sont plus en activité depuis des années, je ne vois donc pas totalement l'utilité de placer des barrières pour les sécuriser. Même si, il faut reconnaître qu'elles peuvent constituer un passage vers les autres voies qui, elles, sont utilisées quotidiennement."

De nouveaux grillages seront installés dans les trois à quatre mois à venir. Mais par qui? C'est la question qui fâche.

Pas le rôle de la commune

La commune de Rochefort et Infrabel se sont renvoyés la balle pendant quelques semaines. La commune a d'abord reçu un courrier d'Infrabel lui demandant d'installer de nouvelles infrastructures. C'était hors de question pour l'échevin:

"Il s'agit d'un territoire privé qui n'appartient en rien à la commune. Nous leur avons fait savoir que ce problème était du ressort du SPW et d'Infrabel, mais pas le nôtre. Il existe une convention dans laquelle il est stipulé que la commune gère l'entretien du parking se trouvant à proximité, les potelets qui régulent la circulation ainsi que l'entretien même du ravel, rien de plus."

Finalement, ce sera le Service public de Wallonie qui chapeautera les nouvelles mesures de sécurité.

Passage interdit jusqu'à nouvel ordre

En attendant, la commune a mis en place une signalisation pour interdire le passage sur ce tronçon, notamment via un système de déviations.

"Nous avons installé des panneaux à partir du pont pour amener les gens vers un autre itinéraire. Nous avons fait ce qui nous était demandé. Après, nous ne pouvons pas garantir que personne n'empreintera le ravel à cet endroit."

Avec ces quelques mots, monsieur Lejeune marque clairement que le reste des opérations n'est plus de son fait.

Patience, donc, pour pouvoir de nouveau emprunter ce petit bout de chemin en toute quiétude.

Sébastien Baillet

Revoir l'Actu

 

Vivre Ici